Comment l’économie basée sur les profits a-t-elle rendu les villes françaises moches ?

Aujourd’hui hormis de rares petits villages typiques et des cœurs historiques de centre ville, la plupart des villes françaises sont devenues un peu, voire, très laides.
Grandes zones commerciales bardées d’enseigne publicitaires, zones industrielles, quartiers HLM construits sans préoccupations esthétiques, manque totale d’harmonie architecturale entre les bâtiments…

Pourquoi en est-on arrivé là?

Avant l’explosion de la société de consommation on construisait nos villes et villages avec les mêmes types de matériaux et de techniques, ce qui avait comme résultat une harmonie des formes et des couleurs. Puis, la logique du profit s’est accélérée, et les politiciens – qui n’ont aucune formation en architecture et urbanisme – n’ont jamais cherché à planifier la croissance des villes pour leur permettre d’être efficientes et esthétiques. Celles-ci se sont étendues de manières chaotiques, devenant des monstres d’embouteillages, de pollution et de laideur.
Les petits magasins ont été remplacés par des grandes enseignes qui se sont rassemblées dans des grandes zones commerciales ultra laides afin de maximiser les profits.
Avec l’augmentation irrationnelle des prix de l’immobilier par rapport au coût réel de construction, les immeubles ont été construits dans une logique de minimisation des coûts. Les façades sont devenues fades et exemptes de toutes décorations. On peut comparer la différence d’efforts que l’on mettait dans la création d’un bâtiment dans le passé avec les constructions d’aujourd’hui. Dans les vieux centres-villes on peut admirer des encorbellements, gravures, corniches et décorations en tout genre. Aujourd’hui avec les techniques de construction modernes comme l’impression en 3D ou l’extrusion, il serait très facile de réaliser ces éléments décoratifs sans avoir à faire d’efforts autre que leur modélisation informatique.

Quel genre de villes voulons-nous? Et qu’est ce qui rend une ville “jolie”? C’est d’abord une certaine harmonie architecturale et la présence de couleurs et de végétations. Une belle ville peut avoir un cachet ancien, mais aussi moderne.
Aujourd’hui on a pas d’exemple concret de jolie ville moderne car aucune n’a vraiment été construite avec un soucis d’harmonie architecturale. Dans les villes modernes actuelles la vue devient saturée avec des ensembles d’immeubles chaotiques de tailles différentes de couleurs non appareillées. Les rues sont bardées d’enseigne publicitaires et laissent peu de place à la végétation.

Ces villes qui en plus d’être laides sont inefficientes, submergées par la pollution, le stress, les embouteillages, la surpopulation. Le Mouvement EBR recommande l’arrêt de ces pratiques. Il faut arrêter de construire sur des anciennes villes mal faites pour les rendre toujours plus monstrueuses. Tout en augmentant en contrepartie la part de la nature sur le territoire, il faudra construire de nouvelles villes écologiques et esthétiques pour offrir à nos concitoyens un meilleur cadre de vie. Des grands parcs et lacs seront présents partout dans les villes. On plantera des arbres fruitiers pour que les gens puissent se servir directement, et on créera de grands potagers publics. Les couleurs seront joyeuses et vives et associées de manière harmonieuses.
Les villes pourront d’ailleurs arborer différents styles. Les villes auront probablement chacune leur âme puisque les habitants seront sollicités pour participer à leur décoration et au choix esthétiques. On pourra d’ailleurs imaginer des villes à thèmes. Certaines sur les océans, d’autres sur la botanique, d’autres sur la musique, ou d’autres plus historiques…

 Pierre-Alexandre Ponant

Comment agir

Nos propositions

Actualité

F A Q

Nous contacter

Pin It on Pinterest

Share This